Qu’est ce que le brasage ?

brasage.jpgLa pratique du brasage est bien répandue, surtout dans les assemblages de joints ou de sections minces (tubulures, parois, etc.) où les risques de déformation, de surchauffe ou de brûlure peuvent être considérables en soudage. En impliquant seulement la fusion des métaux d’apport, car ils ont toujours des points de fusion inférieurs à ceux des métaux de base, le brasage compte parmi les procédés les plus rentables en termes de simplicité d’exécution, de rapidité ainsi que des possibilités de travail en série, de mécanisation ou d’automatisation.
Les procédés de brasage comportent également d’autres avantages, à savoir :

1. aucune dilution du métal de base;
2. absence de risques de fissuration à chaud dans les joints;
3. possibilité d’assemblages similaire et dissimilaire non réalisable par fusion (ex. céramique/métal, composite, etc.);
4. procédé ne demandant pas de grandes qualifications pour les opérateurs.

PRINCIPES
Le brasage consiste à former un assemblage hétérogène en mettant en œuvre la fusion d’un métal d’apport ayant un point de fusion inférieur à celle des matériaux à joindre. L’interaction capillaire entre le métal d’apport liquide et le matériau de base solide mène à la formation d’une continuité métallurgique entre les surfaces, lesquelles doivent être préalablement espacées l’une de l’autre par un écartement assez étroit et uniforme, soit de l’ordre de quelques centièmes de millimètre (millièmes de pouce) pour assurer la fonction de capillarité.
Afin d’améliorer le mouillage de la surface et aussi l’écoulement capillaire de l’alliage liquide à travers le joint, les surfaces doivent être bien propre et dépourvues de toute trace de contaminant ou d’oxyde. De plus, l’usage d’un décapant (flux), soit à rajouter séparément lors du brasage (disponible en forme de crème, liquide, pâte ou poudre) ou en utilisant des baguettes qui en sont déjà enrobées, est nécessaire pour entamer l’opération du brasage. Le rôle du décapant consiste en ce qui suit :

  • l’enlèvement par dissolution des oxydes en surface du métal de base;
  • l’amélioration de l’action de mouillage;
  • la protection contre l’oxydation du métal de base chauffé et de l’alliage d’apport liquide.

khemici.badri@sodel.com

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s