Électrode de coupage

L’électrode Sodel 512PLUS permet de couper, percer, chanfreiner et gouger rapidement et facilement des pièces en acier,en acier inoxydable, en fonte, en cuivre etc. Cette électrode permet de percer des trous de différents diamètres, selon le diamètre d’électrode et les intensités de courant utilisés. L’avantage de cette électrode est que, contrairement au procédé à l’électrode de carbone, elle ne requiert pas l’utilisation d’un compresseur pour évacuer le métal en fusion à l’aide d’air comprimé. On peut l’utiliser sur un poste de soudage en courant continu ou en courant alternatif. Elle contamine beaucoup moins le métal de base que l’électrode de … Continuer de lire Électrode de coupage

LE SOUDAGE DES ALLIAGES DE CUIVRE

Généralités Les alliages de cuivre sont utilisés pour une vaste gamme d’applications. On les retrouve comme décorations architecturales, dans les appareils ménagers, dans les industries électronique, navale, chimique, etc. Cette popularité est due à leur excellente conductibilité électrique et thermique, leur très bonne résistance à la corrosion, leur grande formabilité, ainsi que leur bonne résistance mécanique et en fatigue. D’autres caractéristiques telles que sa bonne résistance à l’étincelage et sa couleur distinctive en font une famille d’alliage particulière. Classification Le cuivre est souvent allié avec plusieurs types de métaux. Les éléments d’alliage les plus communs sont l’aluminium, le nickel, le … Continuer de lire LE SOUDAGE DES ALLIAGES DE CUIVRE

LE BRASAGE

Généralités Le brasage est un mode d’assemblage permanent de pièces métalliques exécuté par voie thermique. Les opérations de brasage se caractérisent par le fait que les bords des pièces à assembler ne sont pas portés à l’état liquide. C’est pourquoi la température de fusion du métal d’apport doit être inférieure que celle du métal de base. Le brasage est utilisé pour l’assemblage des joints difficilement soudables à cause de leur accessibilité parfois restreinte. Dans le cas de pièces minces, le brasage a un avantage marqué car l’énergie thermique utilisée lors du soudage par brasage est relativement faible. Les températures atteintes … Continuer de lire LE BRASAGE

Les aciers à bas et moyen carbone

Les aciers au carbone sont des aciers pouvant contenir jusqu’à 2% de carbone et quelques autres éléments en faible quantité, exception faite des éléments pour désoxyder le bain de fusion, à savoir le silicium (jusqu’à 0,6%) et le manganèse (jusqu’à 1,6%). Ces aciers sont encore appelés aciers non alliés. On retrouve l’acier au carbone dans plusieurs applications car il est facilement formable, usinable, soudable et très économique à utiliser. De plus, on peut aisément modifier ses propriétés mécaniques par différents traitements thermiques (recuit, normalisation, trempe, etc.). Les aciers alliés contiennent une quantité significative d’éléments d’alliage, autre que le carbone et … Continuer de lire Les aciers à bas et moyen carbone

Les caractéristiques et la soudabilité des alliages Nitronic

Les alliages Nitronic, comme leur nom l’indique, consistent en une série d’aciers inoxydables austénitiques contenant des additions en azote (nitrogène). Le premier Grade, à savoir Nitronic 40, fut développé en 1961 par la compagnie Armco Steel avant que cette marque déposée (Trade Name) ne devienne la propriété de AK Steel depuis 2000. La composition chimique des principaux alliages est présentée dans le tableau ci-après. CARACTÉRISATION Les Nitronic possèdent des propriétés assez différentes de celles des aciers inoxydables austénitiques tels que les grades 304, 316L, CF3, CF8M, etc. Ainsi, les propriétés typiques de ces alliages sont présentées ci-après : résistance mécanique très … Continuer de lire Les caractéristiques et la soudabilité des alliages Nitronic

Les aciers inoxydables et leur soudabilité

Généralités Les aciers inoxydables sont des aciers alliés au chrome pour améliorer leur résistance à la corrosion dans différents milieux. Le chrome contenu dans l’acier inoxydable s’oxyde facilement et forme une couche d’oxyde mince, continue, compacte, stable chimiquement et tenace qui est résistante à la corrosion, tenace et stable. Elle forme une barrière et empêche les produits corrosifs d’oxyder l’alliage en profondeur (voir figure inox.1). Cette couche d’oxyde possède, aussi, la particularité de se reformer d’elle-même lorsqu’elle est endommagée. Pour qu’un acier soit inoxydable, il doit contenir au minimum 10% de chrome. Méthode de classification des aciers inoxydables selon l’AISI … Continuer de lire Les aciers inoxydables et leur soudabilité

Soudage des aciers à outils

Généralités Les aciers utilisés pour la fabrication d’outils contiennent généralement une grande quantité d’éléments d’alliage. Ces éléments d’alliage sont ajoutés pour améliorer les propriétés spécifiques à leurs conditions de travail dans les opérations de coupage, de formage, d’emboutissage, de laminage, d’extrusion ou autres. Les principaux éléments d’alliage utilisés sont le carbone, le manganèse, le chrome, le molybdène, le tungstène, le vanadium, le silicium, le cobalt, le cuivre et le nickel. ClassificationLa méthode de classification proposée par l’AISI (“American Iron and Steel Institute”) et la SAE (“Society of Automotive Engineers”) est la plus utilisée pour différencier les aciers à outils. Ce … Continuer de lire Soudage des aciers à outils

PARTIE 2 : LA SOUDABILITÉ DES ALLIAGES D’ALUMINIUM

Soudabilité des alliages d’aluminium Les différentes séries d’alliage sont toutes soudables, mais certaines nuances de la série 7XXX sont plus difficilement soudables de par leur grande sensibilité à la fissuration. La soudabilité opératoire de l’aluminium est généralement bonne. Cependant, il faut prendre certaines précautions lors du soudage de l’aluminium. Les familles d’alliages qui se soudent le plus facilement sont les séries 1XXX, 3XXX et 5XXX qui n’ont pas été traitées thermiquement. La série 6XXX peut aussi être soudée facilement, mais le soudage provoque une baisse des propriétés mécaniques. Les alliages à résistance élevée des séries 2XXX et 4XXX sont soudables, … Continuer de lire PARTIE 2 : LA SOUDABILITÉ DES ALLIAGES D’ALUMINIUM

PARTIE 1 : LES TYPES D’ALUMINIUM ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

Généralités En raison de la couche d’oxyde réfractaire (alumine) qui le recouvre, l’aluminium était jadis considéré non soudable. Peu après, l’utilisation d’un décapant (flux) permettant d’éliminer l’alumine permit le soudage au gaz des alliages d’aluminium. Grâce au décapage électronique, il est maintenant possible de souder l’aluminium au GTAW et même à l’électrode enrobée. De nos jours, l’aluminium se soude facilement et il est facile de faire un dépôt de qualité ayant une belle apparence avec les procédés SMAW, OAW, GTAW et GMAW. Classification Il existe différents alliages d’aluminium. Ils sont généralement classés selon « l’Aluminum Association Alloy Number” pour les alliages … Continuer de lire PARTIE 1 : LES TYPES D’ALUMINIUM ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

Partie 3 : Méthode de soudage des fontes

Afin de minimiser la surchauffe de la pièce, il est recommandé d’utiliser le plus petit diamètre d’électrode possible pour les premières passes qui sont en contact avec la fonte. Les électrodes de 2,5 mm (3/32″) conviennent très bien pour cela. De la même façon, il faut choisir la plus basse intensité de courant, tout en s’assurant d’obtenir un bon mouillage et un accrochage parfait. L’accrochage est souvent plus facile en courant alternatif. Il est préférable de s’abstenir d’osciller l’électrode en cours de soudage, de diriger l’arc dans le bain de fusion pour minimiser la dilution et de faire des cordons … Continuer de lire Partie 3 : Méthode de soudage des fontes